Si le défunt souhaitait léguer son corps à la science

  • Comment donner son corps à la science ?

    Il faut que le défunt ait exprimé cette volonté auprès de la faculté de médecine de l’université de son choix (ULB, UCL, UMH ou ULg).
    Le don de corps n’engendre aucune rémunération financière directe ou indirecte.

     

  • Quelle procédure suivre lors du décès ?

    La famille doit prendre contact avec le secrétariat de l’institut d’anatomie de l’université et avec une entreprise de pompes funèbres, transmettre les documents à la commune qui aidera à remplir les formalités et assurer le transfert de la dépouille à l’université. Pour une raison évidente de conservation, l’institut doit recevoir la dépouille dans les plus brefs délais, généralement 48 ou 72 heures maximum après le décès. Seuls les corps des personnes décédées en Belgique sont acceptés, pour autant qu’ils n’aient pas été soumis à autopsie.
    Si la famille souhaite organiser un office religieux ou une cérémonie d’adieu, ce service devra se faire en l’absence du corps.

     

  • Comment le corps est-il conservé à l’institut d’anatomie ?

    Lorsque le corps est dédié à des travaux de recherche ou à des missions d’enseignement, ce qui est le cas le plus fréquent, il est conservé par embaumement pendant plusieurs mois, voire plusieurs années.
    Lorsque le corps est dédié à un projet de recherche biomédicale avancée, souvent d’utilité immédiate pour un patient, les travaux sont réalisés dans des conditions proches du vivant. Le corps quitte le laboratoire dès la fin des travaux. Son séjour dans l’institut ne dure alors que quelques jours, voire une ou deux semaines.

     

  • Que devient le corps au terme des travaux ?

    Le corps doit être inhumé ou incinéré, selon le souhait indiqué par le donateur dans son formulaire. C’est l’institut qui, le moment venu, doit faire respecter ces volontés. Les funérailles sont alors organisées selon les désirs et disponibilités des proches. Certaines familles ne souhaitent pas assister à l’inhumation ou à l’incinération différée du défunt afin de ne pas vivre une seconde fois la peine du deuil. L’institut se charge alors de faire rendre les devoirs par l’entreprise de pompes funèbres, tout en gardant à disposition des proches toutes les informations utiles sur la cérémonie. Ces funérailles sont aux frais de la famille, mais il arrive que certaines universités interviennent dans les frais de transport.

     

+32 (0)81/20.19.90